Réflexions sur le webdesign, les nouvelles technologies, la vie ...

Logiciel libre : la bonne décision

1248557247_Service ManagerDans mon nouveau poste, j’ai pour mission de trouver des solutions à des problèmes qui n’existaient pas dans les boites pour lesquels je travaillais. En gros, l’organisation, les méthodologies et le flux d’informations sont au stade de la préhistoire, ou à peu près. N’ayant pas la carte bleu de la boite, je me suis donc penché sur des logiciels libres permettant de m’aider dans ma tâche. A la suite de ça, j’ai récolté pas mal d’informations sur les logiciels dit « libre ». Pour ceux qui se demande encore de quoi je parle, voici donc quelques explications :

Un logiciel libre est-il gratuit ?

Un logiciel libre n’est pas forcément gratuit. L’ambiguïté provient de l’expression d’origine, free software, puisqu’en anglais free signifie aussi bien libre que gratuit. Dans la pratique, nombre de logiciels libres se trouvent gratuitement sur certains sites web. Des versions payantes, mais souvent très bon marché, sont commercialisées par des entreprises sous forme de CD-ROM ou DVD-ROM, avec notice complète, et contrat d’assistance à l’installation ou de maintenance. Par exemple les sociétés Mandriva (France), RedHat (USA) distribuent ainsi différentes versions du système GNU-Linux.

Qu’est-ce qui différencie un logiciel propriétaire d’un logiciel libre ?


La grande majorité des logiciels vendus dans le commerce sont des logiciels propriétaires, qui sont distribués en version « exécutable », alors que les logiciels libres sont fournis avec leur « code source ». Source ? Exécutable ? Un petit détour par une analogie musicale permet d’éclairer ces termes. On peut considérer le code source d’un logiciel comme la partition de celui-ci, et le code exécutable comme sa version enregistrée. Une partition peut être jouée sur un piano, une flûte ou par l’orchestre philharmonique de Berlin. En revanche un enregistrement pressé sur disque ne permet pas de modifier la musique, de changer d’instrument ou de moduler l’interprétation.
Le passage de l’un à l’autre s’opère par traduction du code source (lu et écrit par l’homme) en code exécutable (que seul l’ordinateur comprend). Les logiciels libres sont distribués sous ces deux formes, tandis que Microsoft ou Adobe ne vendent que le code « exécutable » et cachent le reste.

Qui crée des logiciels libres ?

Toute personne (informaticiens, graphistes, musiciens, traducteurs, relecteurs, testeurs, etc.) désireuse de bénéficier de créations collectives et/ou souhaitant maximiser la diffusion de ses œuvres (logiciels, textes, images, vidéos, musiques).
A la tête de chaque projet de logiciel libre il y a une structure plus ou moins formelle qui est composée de simples particuliers et/ou d’entreprises.
Par exemple, la FSF, dirigée par Richard Stallman, produit et/ou organise le développement de logiciels libres. Ainsi le projet GNU de la FSF a joué un rôle déterminant dans la création de Linux.

source : http://www.aful.org/ressources/logiciel-libre

La plupart des logiciels sont distribués leur code source, et il est interdit d’essayer de comprendre leur fonctionnement (on parle dans ce cas d’un logiciel propriétaire). Il est interdit de les partager avec vos amis, et il est interdit d’essayer de les modifier pour les adapter à vos besoins.

Un logiciel libre vous garantit :

  • la liberté d’utiliser le logiciel, pour quelque usage que ce soit.
  • la liberté d’étudier le fonctionnement du programme, et de l’adapter à vos propres besoins (ce qui suppose l’accès au code source).
  • l’accès au code source est une condition pour tout ceci (ce qui comprend la liberté de vendre des copies).
  • la liberté de redistribuer des copies de façon à pouvoir aider votre voisin (ce qui comprend la liberté de vendre des copies).
  • la liberté d’améliorer le programme, et de diffuser vos améliorations au public, de façon à ce que l’ensemble de la communauté en tire avantage(ce qui suppose l’accès au code source).
  • L’accès au code source est une condition pour tout ceci.

    source : http://www.april.org/

    Il ne faut pas confondre Open source (en référence à l’Open Source Definition) et Freewares (logiciels gratuits) qui sont des logiciels propriétaires qui sont distribués gratuitement. Les freewares ne sont pas libres car leur code source n’est pas disponible et donc seul l’auteur original peut l’améliorer et publier des versions modifiées. En outre, la revente d’un freeware est souvent restreinte.
    Il existe aussi les Sharewares (logiciels à partager) que l’on peut légitimement se procurer gratuitement, mais qu’on doit payer si l’on désire l’utiliser. Souvent son utilisation est limité dans le temps.

    Les logiciels libres ont, dans leur grande majorité, tendance à respecter les formats standards ouverts, ce qui favorise l’interopérabilité. Le développement du navigateur web FIREFOX Mozilla, s’applique à respecter autant que possible les recommandations émises par le World Wide Web Consortium. De même que OpenOffice a défini le format OpenDocument, aux spécifications publiques et certifié comme norme ISO, incarnant ainsi une valeur pérenne pour toutes ses applications bureautiques.

    Bernard Lamon a quant à lui, écrit un Livre Blanc sur le logiciel libre, très intéressant, téléchargeable ici.
    L’open source sont quotidiennement utilisés dans les entreprises, l’objectif de ce Livre Blanc est de présenter de manière accessible, un outil efficace pour le décideur informatique, mettant en évidence les questions et proposant des pistes de solutions.

    SMILE propose aussi un Livre Blanc sur « comment choisir son CMS » : 200 questions pour choisir un CMS.

    Toutes les questions qu’il faut se poser pour choisir l’outil de gestion de contenus qui répondra le mieux à vos besoins. La gestion de contenus est un domaine très dynamique, où l’offre est particulièrement riche, tant en produits commerciaux que open source.

    Toujours SMILE, propose aussi un autre Livre Blanc sur : Le décisionnel open source

    Après avoir conquis le marché de la gestion de contenus et des portails, l’open source s’attaque à l’informatique décisionnelle, la « business intelligence », avec ici encore des solutions qui rivalisent avec les meilleurs produits commerciaux.

    Pour aller plus loin :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Logiciel_libre
    http://lelogiciellibre.net/
    http://www.fsfe.org/about/basics/freesoftware.fr.html

Pas de commentaire pour “Logiciel libre : la bonne décision”

Ajouter un commentaire

Combien font 9 + 13 ?
Please leave these two fields as-is: